Hetalia Last Judgment
Depuis toujours l'humanité à mené une longue quête pour atteindre l'immortalité. Au cours du temps, les humains ont remarqués la présence d'individu ayant cette capacité de traversé le temps hors de l'échelle de vie humaine. Les nations.
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Terre désolée :: Chaîne de Montagne Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mission : Il y a plus rien dans le frigo [PV : Russie, Hongrie].
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar
Masculin
Messages : 105
Date d'inscription : 04/06/2018
Localisation : Montréal.

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Hache
Inventaire:
Canada
25/25







Mission : Il y a plus rien dans le frigo.




Canada, Russie & Hongrie






Une nuit blanche.

Le Canadien n'avait pas pu fermer l'œil de la nuit, encore trop perturbé, déboussolé de la veille, de comment s'était nommé la petite Groenland à son égard. Certains pouvaient dire que cela ne servait à rien de stresser par rapport à ça, mais pour lui, cela avait de quoi rendre dans cet état, surtout avec le contexte entre les mains. Il était bien content d'être le frère d'une seule et unique personne, en l’occurrence États-Unis. Bien qu'il lui ait causé beaucoup de soucis tout au long de leur histoire commune, et tenté à plusieurs reprises, malgré ses réponses négatives, de l'annexer, il l'aimait quand même. Il lui avait presque tout pardonné, depuis le temps ; hors peut-être certaines choses qui le faisait crisser des dents encore aujourd'hui. Et puis la Groenlandaise était arrivée. Ce n'était pas une mauvaise chose en soi, au contraire : En plus d'avoir une nouvelle nation mise en sécurité au quartier général, Matthew avait retrouvé sa voisine de l'est, qu'il aimait bien. Il ne l'a connaissait pas du bout des doigts comme il connait Amérique et France, mais leur culture inuk commune faisait en sorte qu'elle était devenue son amie. Mais ce « petite sœur » l'avait chamboulé, et pas forcément dans le bon sens du terme. Certes, il l'appréciait, mais de là à ce qu'elle soit sa petite sœur, de sang ou de cœur . . . Canada avait l'impression de trahir indirectement et sans le souhaiter Alfred, en quelque sorte. Un sentiment assez bizarre, de culpabilité dirons-nous.

Il avait donc passé la nuit à réfléchir, à regarder le plafond, à se faire de l'air avec les pages de son carnet, à nettoyer sa paire de lunettes une vingtaine de fois, à faire les cents pas dans le couloir. Kumajirô sommeillait comme un loir, bien au chaud sous la couverture, et c'était tant mieux.

Après les plusieurs heures du soir passées, assis en tailleur sur son lit et tripotant ses doigts, surplombant d'une certaine manière la salle, le Nord-Américain avait vu passer le Russe, rentrant dans le dortoir des hommes. Sur le coup, il s'était demandé l'heure qu'il était. Ivan l'avait alors vu, et s'était approché de n'autre nation polaire, pour ainsi lui annoncer que c'était aujourd'hui, la mission, et qu'il devait se préparer, avant de partir à son lit chercher ses propres.

Dans un sens, Canada en était tombé des nues ; certes, la veille, il s'était fait embarquer dans la mission ravitaillement de Russie et Hongrie contre en quelque sorte son gré – mais en vérité, il était content d'enfin pouvoir se permettre un grand bol d'air . . . Et d'avoir l’impression de servir un minimum à quelque chose, ici –, mais aucunes dates ou heures n'avaient été dites. Ah, s'il avait été au courant plus tôt que c'était ce matin, il aurait peut-être fait l'effort de fermer l'œil, au moins un quart d'heure . . . Cependant, Matthew s'était tellement habitué à se promener dans les couloirs la nuit et à récupérer le jour, le plus souvent, qu'il n'aurait sûrement pas pu dormir plus. L'insomnie le rongeait depuis un certain temps. Non, depuis le début, en fait.

Il avait longuement soupiré, se passant une main dans les cheveux, avant de jeter un regard vers son ours polaire toujours endormi et d'attraper sa veste beige d'hiver, et de descendre de son lit en sautant, se réceptionnant plutôt correctement au sol. Il enfila son vêtement, mettant les mains dans les poches pour être sûr de ne pas emmener par mégarde une de ses affaires avec lui, et de mettre ses bottines et ses gants. Le blond devait maintenant aller chercher une arme, pour ne pas à devoir se battre à mains nues contre une de ces bestioles assoiffées de chair et de sang dehors. Rien que l'idée lui donnait un léger frisson dans la colonne vertébrale. Cela n'était encore jamais arrivé, et il tenait bien à ce que cela le reste ! Il prit donc la direction de la réserve, où était stocké toutes les armes du laboratoire. Matthew avait des préférences, et ne le cachait pas : Le fusil, qu'il avait déjà dû manier contre, malheureusement, son propre frère ; la batte, car ayant déjà pratiqué le sport qui allait avec ; et la hache, lui rappelant son côté stéréotypé de bûcheron canadien, mais sans les muscles et les poils attribués – et Dieu sait qu'il a déjà essayé d'être moins glabre ! –. Une espèce de contre-façon. D'ailleurs, à sa connaissance, aucune autre nation du quartier général n'avait pris la hache pour partir en mission. Après, il était plutôt apte à utiliser les autres également, mais ces trois-là étaient celles qu'il prenait en priorité à chaque fois, car il les connaissait plus qu'un revolver, ou autre.

Arrivé à la salle de stockage, il empoigna le manche de la hache ; c'était cette arme-là que le Canadien avait choisi. Cependant, éventuellement pour cette fois-ci, cela allait être autre chose que des arbres qu'il allait couper . . . Et ça ne le rendait pas plus heureux. En fait, c'était plus une sensation perturbante, doublée d'une image mentale qui n'était pas des plus agréables à voir. Matthew se secoua vivement la tête et allait se diriger vers la cuisine, quand . . . Il lui revint en mémoire qu'il n'y avait plus rien à manger ; cette pièce avait brûlée. Il ne savait toujours pas qui était l'auteur de cette incendie, mais pour l'instant, il devait vite aller terminer de se préparer et rejoindre Russie et Hongrie à l'entrée, pour leur mission de ramener des vivres au laboratoire. Car de plus, l'hiver arrive . . . Alors certes, Canada est un habitué des froids les plus extrêmes, ainsi que Russie, Ukraine et maintenant Groenland, mais d'autres, comme Fidji ou Vietnam, ne doivent pas être des plus aptes à survivre en zone polaire. Il faudrait qu'une mission consistant à récupérer des vêtements chauds se prépare, le Nord-Américain se disait. Mais pour l'instant, il ne devait penser que nourriture, et seulement nourriture !

Et c'est après un détour douche pour se débarbouiller le visage pour avoir l'air un peu plus frais et pour refaire un peu mieux sa queue de cheval avec le fameux tissu qu'il avait gardé, et un passage commodité, qu'il se rendit à l'entrée du quartier général, sa hache à la main, reposant contre son épaule, la lame brillante tournée vers le bas. Il aperçut le Russe, au loin, auquel il fit un signe de main avec celle de libre, tout en continuant de s'approcher jusqu'à lui, silencieux.

Canada espérait de tout cœur que cette mission allait bien se passer.

Et que personne, sous le coup de la famine, ne commence à avoir des vues sur Kumajirô !



CSS par Gaelle
Mar 27 Nov - 21:47
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/9833210/
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 19/11/2018

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Fusil à pompe
Inventaire:
Hongrie
25/25



Mission : Il y a plus rien dans le frigo
Hongrie était allongée dans son lit. Elle était pensive. Cela faisait maintenant cinq jours qu'elle était arrivé sain et sauve dans ce QG. Elle y avait fait nombreuse rencontre, retrouvaille et quelques désaccords. Mais globalement, cela s'était bien passé mais depuis quelques temps, un véritable problème subsistait. La faim lui rongeait l'estomac depuis maintenant quelques jours. L'accident dans la cuisine avait pulvérisé les quelques ressources de nourritures. Il n'y avait plus rien. Ils ne tiendraient plus très longtemps avant que d'autre disputes n'explose a cause du stress causé par le manque à manger. C'était arrivé à plusieurs reprise et elle ne pouvait pas nier : Ce qu'il s'était passé avec les autres la rongeait. C'était avec cette culpabilité qu'elle avait proposé à Russie de faire une mission hors du QG, en partie pour se faire oublier un temps.
Elizabeta conclu donc avec lui qu'une station de ski était la destination la plus prometteuse : C'était une source sûr de nourriture, de vêtement chaud et d'autre chose bien utile, mais pour un premier jet, il fallait d’abord penser à se nourrir, et si la mission se passe bien, à ce moment là, on y retournera, nous ou d'autre groupe.
Partir en pleine montagne ne la dérangeait pas spécialement, sa région étant assez vallonnée de mont et chaîne de montagne. Elle craignait plutôt être coincé dans des coins bien isolés ne pouvant revenir au QG avec les vivres.
Elle bondit hors du lit, c'était un mélange d’anxiété et d'excitation. Elle pouvait enfin servir à quelque chose ici. Depuis son arrivée, elle n'avait pas eu le temps de servir à quoi que ce soit au Laboratoire, c'était son moment ! Elle se claqua les joues et partit à la douche. Propre, elle enfila ses vêtements, ils n'étaient pas très chaud mais lui couvrait bien tout les membres, ce qui était déjà un plus.
Elle prit un morceau de papier qu'elle avait chopé un peu plus loin et gribouilla quelques lignes :

« Je suis partis en mission avec Russie et Canada pour chercher des vivres ! - Hongrie »

Elle accrocha le message dans un coin du couloir qui séparait des deux dortoirs pour que tout le monde puisse être informé. Elle sourit, c'était la moindre des choses pour n'inquiéter personne.

Elle réfléchit. La veille, ils s'étaient organisé de sorte à ce qu'ils emmènent un sac, une trousse de secours et quelques armes pour se défendre. L'idée même de revoir ses monstres la terrorisait mais il fallait le faire. C'était une question de survit.
Elle se faufila dans la réserve. Elle chercha entre les quelques rayons, il n'y avait pas grand chose, mais c'était déjà ça. Guerrière dans l'âme elle prit un fusil à pompe. Elle avait malheureusement, déjà eu l'occasion de s'en servir, mais là c'était pour tuer autre chose. Des créatures montreuses qui avaient massacrés son peuple. Elle prit des munitions et sortit rapidement de la pièce. L'arme dans ses petits mains elle réalisait la situation.
Ne voulant s'attarder elle fila directement vers le laboratoire. Il était très tôt et aucun des chargés de poste n'était encore présent elle leurs laissa donc un petit mot pour ne pas être soupçonné de vol ou on-ne-sait-quoi :

« Je prends une trousse de secours pour notre mission de ravitaillement. J'espère qu'elle ne servira pas et que je la rendrais - Hongrie. »

Elle prit la trousse en soufflant. Elle voulait éviter le plus possible le moindre oublie. Normalement, tout était bon. Elle apparut à l'entrée du QG apercevant Russie mais également Canada qui avait une tête plutôt déconfite. Elle avait complètement oublié qu'ils l'avaient entraîné là dedans.

- Szia ! Vous êtes prêt ? J'espère qu'on n'a rien oublié...

Elle fit une petite mine inquiète mais en voyant le Canadien armée d'une hache et le Russe de son fameux tuyau de fer elle fut rassurée. Avec son fusil, au moins, elle avait de quoi les défendre à distance contre ses monstres.
Elle redressa son visage, prête. C'était sa première mission et elle allait être un succès, il le fallait pour la survie de tous les membres du QG.
Mar 27 Nov - 23:17
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 46
Date d'inscription : 30/05/2018
Localisation : Derrière toi :D

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Tuyau robinet
Inventaire:
Russie
25/25




Il y a plus rien dans le frigo

Les derniers jours avaient été riches en péripétie. La cuisine qui a brûlé, la Réunion catastrophique. Il était vraiment temps pour le Russe de prendre un peu l’air, comme si le monde extérieur était plus vivable que ce qu’il était en train de vivre en ce moment. La mission avait été décidée sur un coup de tête, mais elle était très importante pour la survie de tout le groupe. Si Ivan pouvait en plus, s’aère et se défouler dehors, c’était un bonus. Après avoir informé sa sœur et avoir laissé un mot au autre membre du laboratoire, il était sûr d’y aller. Il s’installa dans le lit et s’endormit facilement.

Le Russe avait plutôt bien dormi, sa sœur était venue dans la nuit dormir à ses côtés, il appréciait quand ils passaient du temps ensemble. Il était assez tôt et toutes les autres nations semblait endormi quand il se leva. Sa belle grande sœur avait tenu sa parole et elle lui avait lavé tous ses vêtements tachait de sang. Elle était si gentille avec lui, on aurait dit un ange tomber du ciel.
Il récupéra ses vêtements tout propre et les enfila pour les emmener avec lui en mission.

Une fois bien réveillé et lavé, il allait chercher un sac à dos dans le dortoir des garçons. Le Canadien était réveillé, assis sur son lit. Ivan lui annonça que c’était le moment pour partir en mission. Il espérait qu’il avait passé une bonne nuit, car il ne fallait pas s’endormir devant une créature, ça pouvait être mortel.

Le Russe était presque prêt, il ne manquait plus que de mettre par-dessus son manteau et son écharpe. Une fois, cela fait, il se dirigea vers la porte d’entrée du QG. Il ne passait pas par la réserve étant donné que le Soviétique avait toujours sur lui son arme qui l’avait suivit depuis des années.
La grande nation était la première à être positionné devant la grande porte, il attendait bien sagement ses deux camarades de la journée.

Le Canadien arriva le premier, il n'avait pas la meilleure mine qui soit mais il semblait aller bien. Russie regarda son arme, une hache et pour une raison qu’il ignore, il trouvait que cette arme lui allait très bien. L’Américain lui fit un signe de main en guise de bonjour, il répondit de même accompagner d’un grand sourire.
L’Hongroise suivit quelques minutes plus tard. Avec son fusil à pompe, elle semblait encore plus forte que la normal. Il lui adressa un sourire.

« - Szia ! Vous êtes prêt ? J'espère qu'on n'a rien oublié... »

Il était plus que prêt, il tapotait de la main son robinet et dit d’un air rassurer.

« Bien sûr ! Je suis toujours prêt ! »

Il ouvra ensuite la porte du QG, la montagne se dressa devant eux. Le blond fit le premier pas dehors, le vent frais du matin chatouilla son visage. Ça faisait du bien de respirer l’air de l’extérieur après tant de temps enfermé dans une base souterraine.
C’était presque joyeux que le petit groupe partirait en direction de la station de ski.


Codage par Libella sur Graphiorum

___________________________________________________

Mer 28 Nov - 1:19
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 105
Date d'inscription : 04/06/2018
Localisation : Montréal.

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Hache
Inventaire:
Canada
25/25







Mission : Il y a plus rien dans le frigo.




Canada, Russie & Hongrie






Il avait tenté de rendre le sourire au Russe, mais, honnêtement, cela n'avait pas été très concluant : Canada avait du mal à sourire, et encore moins sincèrement, ces derniers temps. Avec tout ça, le temps qui passe . . . Sa bonne humeur discrète mais habituelle était comme aspirée, de jour en jour. Matthew devenait plus terne, moins joyeux, comme une coquille vide de toutes émotions et de sentiments. Une des raisons principales étaient ses nombreuses insomnies, mais également la situation globale de tout ce qui leur arrivait et leur tombait dessus. La perte d'une de ses importantes villes, qu'il soupçonnait d'être Ottawa, sa capitale, avait également beaucoup chamboulé la nation, qui, sur le coup, avait pensé mourir. Cela avait été une des pires peurs de sa vie.

Il se positionna alors aux côtés du Russe, attendant la brune pour partir. Il jetait des petits regards nerveux en direction de la grande porte ouverte qui donnait sur l’extérieur ; il neigeait. Cela faisait tellement longtemps qu'il n'était pas sorti . . . Qu'il n'avait pas senti le vent, touché la neige ou vu les rayons du soleil. Il était à la fois excité pour cette raison, étant quelqu'un de très proche de la faune et la flore, mais également un peu réticent à l'idée d’éventuellement croiser ces bestioles hideuses qu'il devrait tuer à la hache. Matthew se frotta paresseusement un œil, oh Dieu qu'il espérait ne pas s’endormir sur place en face d'un monstre ! Ce serait tellement une mort des plus stupides . . . Mais au moins, il payerait de façon définitive ses insomnies et son inutilité au quartier général. En fait, il se disait qu'il n'était là que pour la forme, pour France et Angleterre, et éventuellement pour ses oncles et sa tante ; une pure décoration, comme un trophée, qui restait là, dans son coin, en attendant d'être astiqué pour au moins ressembler à quelque chose. Ce qu'il regretterait, s'il devait ainsi décéder, c'était de ne pas avoir pu revoir une dernière fois ses habitants et sa famille, les embrasser avant de ne leur dire au revoir.

Le Nord-Américain soupira, commençant à divaguer dans des pensées étranges, avant de relever le regard quand il entendit des pas se diriger vers eux ; c'était Elizabeta. Il l'a salua d'un geste de main, comme il avait fait avec le Soviétique. Matthew hocha de haut en bas la tête pour dire qu'il était prêt, resserrant le manche de la hache dans sa main. Il zieuta vers ses deux compagnons de route ; rien ne semblait avoir été oublié, et c'était une bonne chose. En voyant le visage inquiet de la Hongroise, il dit, d'une petite voix qu'il voulait au moins réconfortante :


— Ne t'en fais pas ; on va revenir avec assez de vivres pour passer l’hiver sans encombre et pour tout le monde. Je pense même qu'on ne va pas avoir grand besoin de nos armes et de la trousse de secours . . .


Le blond n'était pas totalement sûr de ce qu'il disait lui-même, mais il voulait au moins un minimum rassurer la jeune femme. Puis il se tourna vers la grande porte déjà ouverte, regardant Ivan qui mit le premier pas dehors ; il fit de même, s’avançant un peu, attendant Elizabeta.

Cette sensation, d'être à l’extérieur . . . Canada ne l'avait pas ressenti depuis un bon bout de temps. Quand Hongrie fût dehors également, il se mit à avancer dans la neige. Il avait vaguement entendu dire que Russie et Hongrie voulaient aller dans une station de ski . . . Bon bah, il fallait la trouver, maintenant.



CSS par Gaelle
Mer 28 Nov - 15:50
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/9833210/
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 19/11/2018

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Fusil à pompe
Inventaire:
Hongrie
25/25



Mission : Il y a plus rien dans le frigo
Hongrie accompagna Russie et Canada a travers la grande porte en fer. Elle sentit l'air frais de l’hiver qui approche. La petite phrase se voulant rassurante de Canada ne pouvait que l'aider en cette période de doute. Elle rangea son fusil dans son dos croisant la bretelle de cuir étaisse à travers sa poitrine. Son petit pied chaussé d'une botte s'enfonça dans quelques centimètres de neige. Heureusement, ils n'étaient pas sortit en plein tempête et le soleil était avec eux. C'était un bon début.
Ils s'éloignèrent chacun du QG laissant les autres à leur sort. Elle ne voulait aucunement regarder derrière elle, bien décidé à finir cette mission au plus vite. Le QG était déjà bien en hauteur dans les montagnes enfoncé dans la roche. Ils avaient de la chance d'être éloignée des villes et des lieux dévasté par les monstres, limitant leurs nombre mais la survit si loin des zones de populace ne leur permettait pas des stocks inépuisable de nourriture, elle savait que cette mission était primordiale.
Hongrie proposa de grimper bien haut pour avoir une vue d'ensemble sur le paysage, peut-être trouveraient-ils cette fameuse station de ski tant recherchée ? Elle avança à travers les arbres n'écoutant pas le souffle assez puissant de son voisin canadien. Depuis le début de cette expédition de survie, il avait une petite mine, peut-être n'avait-il pas assez dormit ou que la faim le rongeait également ? Étant la dernière arrivé au QG du groupe, elle était encore en plein forme physique et n'avait pas eu à s'encrasser sur 50 mètre carré, mais elle ne pouvait pas nier que la faim était le facteur ralentissant le trajet.
Au abord d'une première petite forêt, elle restait sur ses gardes. La moindre créature pouvait surgir et il fallait se faire distrait.
Elle chuchota :

- Vous voyez quelque chose ? Je crois bien qu'Autriche a déteins sur moi... Mon orientation n'est plus ce qu'elle était.

Elle ricana silencieusement pensant à son brave ami. Mais elle ne pouvait se résigner a l'imaginer perdu envahit de monstre. Elle grimaça, alors qu'elle semblait rigoler, voilà que cette horrible image lui traversa l'esprit. Bon sang !
Ils marchaient maintenant depuis une trentaine de minute s'enfonça toujours dans cette forêt interminable, noyer par le soleil matinal, les bottes dans la poudreuse. Ils dégagèrent tous au même moment un soupir de stupeur. Alors qu'ils avaient foncé vers le Nord pendant tout ce temps, une heure maintenant, ils tombèrent sur le bord d'une falaise les laissant apprécier l’immensité du paysage. C'était à coupé le souffle, littéralement, vu l'altitude. Peut-être qu'à cette hauteur, ils trouveront quelque chose d’intéressant !
Mer 28 Nov - 17:15
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 46
Date d'inscription : 30/05/2018
Localisation : Derrière toi :D

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Tuyau robinet
Inventaire:
Russie
25/25



Il y a plus rien dans le frigo

Ça faisait un petit moment que le Russe n’avait pas vu la neige, lui qui en a vu toute sa vie, elle ne lui manquait pas spécialement. Mais il avait eu l’habitude l’affronter et de la surmonter. La neige Suisse ne lui faisait pas peur. Ses bottes étaient parfaitement adaptées à la saison, c’était celle qui portait dans son pays. C’était d’un pas lourd qui sortit du QG et qu’il suivit son petit groupe dans la montagne. Il y avait des arbres à perte de vue. La nature régnait en maître, le Russe avait l’impression de revenir en enfance, lorsqu’il traînait dans les forêts enneigé de son pays.

Le ciel était dégagé et le soleil s’était installé depuis quelques minutes quand le groupe s’engouffra un peu plus dans la montagne. Il fallait faire attention, car il était simple de se perdre en pleine montagne, il ne fallait surtout pas se séparer. L’environnement n’était pas le seul danger potentiel de la forêt, les créatures était encore là et elle pouvait se dissimuler facilement entre les arbres. Il était peut-être déjà là, à les guettait ou il pouvait ne plus être dans les alentours, préférant une ville, bien plus visité par les humains.

Il avait approuvé l’idée d’Hongrie de prendre un peu de la hauteur pour trouver facilement la station de ski qu’il cherchait. La marche était longue, mais il avait vraiment besoin de trouver ces vivres. Ils ne discutèrent presque pas pendant le chemin, il y avait trop de danger, la voix pouvait raisonner dans le silence de la forêt et prévenir les créatures de leurs présences.

- Vous voyez quelque chose ? Je crois bien qu'Autriche a déteins sur moi... Mon orientation n'est plus ce qu'elle était.

Le russe avait le sourire aux lèvres, elle trouvait le temps de faire une petite blague sur Autriche et son talent de s’orienter. Ce n'était pas mauvais d’essayer de faire un peu d’humour, ça détendrait l’atmosphère.

- Je pense qu’on devrait regarder si on ne voit pas une zone déboiser, en général ça signale qu’une piste de ski a été faite dans cette zone, donc on aura trouvé notre station de ski. On ne devrait pas être loin

Il continua à marcher dans la forêt, gardant la même direction pour ne pas se perdre. La fatigue se ressentait, mais il ne pouvait pas s’arrêter maintenant, il était nécessaire de trouver la station avant de s’offrir le luxe de faire une pause.

Au bout d’une heure de marche, ils arrivèrent à l’extrémité, une falaise se trouvait devant eux, leurs offrant une vue magnifique, un lieu idéal pour faire du tourisme. Dommage que ce n’était pas le moment d’apprécier le paysage.

- Cherchons grâce à la hauteur la station la plus proche. N’importe quel signe de construction humaine peut nous indiquer sa position.

Il n’avait plus qu’à observé l’horizon pour trouver où se cachait la zone qu’il cherchait. Il avait besoin de le trouver sinon il sera impossible de ramener quoi que ce soit de mangeable au QG.

Codage par Libella sur Graphiorum

___________________________________________________

Mer 28 Nov - 18:41
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 105
Date d'inscription : 04/06/2018
Localisation : Montréal.

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Hache
Inventaire:
Canada
25/25







Mission : Il y a plus rien dans le frigo.




Canada, Russie & Hongrie






Le Canadien suivait ses deux camarades, ses bottines s’enfonçant toujours un peu plus dans la neige, la poudreuse rentrant quelques fois dans ses chaussures ; la sensation n'était pas des plus agréables, car elle finissait par fondre et mouiller l'intérieur de ses petites bottes et ses chaussettes, mais il ne voulait pas demander un arrêt aux deux Européens juste pour ce détail, alors il ne disait rien et avançait, s'éloignant de plus en plus du quartier général. Le blond ne regardait jamais en arrière, gardant le regard fixé vers l'avant ; ou plus précieusement, ses pieds, s'orientant de par les bruits de pas de ses amis. Ses lunettes de vue lui protégeait les yeux et il tenait fermement sa longue veste fermée avec ses poings – mais tenant toujours sa hache, bien évidemment –, n'arrivant pas à faire les boutons avec son cerveau encore endormi et ses gants aux mains. Il était habitué au froid, bien évidemment, mais c'était un sorte de réflexe. Matthew avançait lentement, premièrement à cause de la faim qui commençait à le ronger, mais également de son cruel manque de sommeil qui, pour les plus observateurs, peut se lire aux valises présentes sous ses yeux bleus. Enfin normalement, quand il passait la nuit éveillé, il rattrapait tout ça la journée suivante, se levant tard pour le minimum syndical : Manger, boire, commodité. Une vraie chouette, sauf qu'il n'hululait pas. Hors, aujourd'hui, il n'avait clairement pas pu. Canada craignait d'être un fardeau pour cette mission, et de gêner Ivan et Elizabeta. Peut-être même qu'il finirait blessé, un membre en moins, fuitant le sang, ou voire carrément mort ; il fallait songer à toutes les possibilités, quitte à broyer du noir.

Il pu penser à autre chose en approuvant Hongrie proposant de grimper pour avoir une vue d'ensemble du terrain, pour ainsi éventuellement repérer la station de ski. Il ne connaissait rien des environs, passant le plus clair de son temps sur son continent, plus précisément dans son petit chalet perdu dans les montagnes Rocheuses de l'Alberta. Cet endroit lui manquait beaucoup, d'ailleurs . . . Sa petite maison de bois sur pilotis qu'il avait lui-même construit et qui était à ses yeux son petit coin tranquille, avec ses grands sapins verts et ses érables orangés tout autour, et une vue en contre-bas de la ville de Jasper. C'était son habitation préférée, avec en deuxième place sa maisonnette à Ottawa et en troisième, son appartement moderne à Vancouver.

La nation polaire s'arrêta et se tourna vers la jeune femme, quand ils furent à l’entrée d'un bois. Il commenta ses paroles :


— Personnellement, je ne vois qu'un début de forêt . . . Aucun animal, créature, humain, nation ou station de ski en vue.


Il regarda la nation hongroise quand elle rit, avant de grimacer bizarrement. À quoi ou qui venait-elle de penser ? Il haussa des épaules, ne voulant pas poser de telles questions alors qu'ils devaient trouver cette fameuse station pour y dérober un peu de vivres. D'ailleurs, c'était dans un sens du vol . . . Mais c'était pour la bonne cause, donc bon . . . Il se sentait un peu mal quand même. Avant d'observer le géant du groupe, dont il approuva, à lui aussi, les dires. Ça lui faisait étrange qu'il était d'accord avec quelque chose venant du Russe . . . Il pensa à autre chose, suivant ses camarades dans le bois.

Matthew regardait la forêt autour d'eux : Les arbres sombres, la neige couvrant le sol, un silence de mort hormis celui de leurs pas et du souffle indiscret canadien, le doux soleil de l'aurore lui aveuglant légèrement les yeux quand il se tournait en sa direction. Quand il n'avait presque pas dormi, et donc très fatigué, la lumière lui agressait facilement les globes oculaires. Il remettait quelques fois en place les lunettes qui glissaient de son nez et des mèches de cheveux rebelles derrière ses oreilles ; Canada regrettait de ne pas avoir de bonnet, quand même. Néanmoins, il ne devait pas se plaindre : Lui au moins, était en tenue d'hiver, alors que l'Hongroise, non.

Le Nord-Américain haussa un sourcil quand les deux autres nations eurent un soupir de stupeur, avant de diriger son regard vers le point qu'ils fixaient : Ils étaient au bord d'une falaise. Et la vue . . . On ne pouvait pas le nier, c'était magnifique, et Canada le pensait très sincèrement. Mais il préférera toujours ses paysages à lui !

Sous la demande russe, il se mit à scruter les environs, nettoyant avant ses lunettes pour éventuellement voir mieux, et mettant sa main libre au niveau du front, pour ne pas être éblouit de trop par les rayons solaires. Bien qu'avec sa fatigue, il ne risquait pas d'apercevoir grand chose . . . Avant de pointer le doigt vers quelque chose.


— Là . . . !


Au loin, on pouvait voir une sorte de structure mécanique, comme les gros pilonnes et câbles servant à retenir une voie de téléphériques.

Même dans des situations défavorisées, il avait toujours un regard d'aigle, manifestement.



CSS par Gaelle
Mer 28 Nov - 23:13
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/9833210/
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 19/11/2018

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Fusil à pompe
Inventaire:
Hongrie
25/25



Mission : Il y a plus rien dans le frigo
Hongrie grellottait. Dans ce paysage de carte postale, elle était frigorifiée. Lorsqu'elle avait voyagé jusqu'en Suisse pour rejoindre le QG elle se doutait que la température était bien basse et n'allait qu'en diminuant mais ses vêtements n'étaient pas des plus efficace. Ses contrées n'étaient ni trop chaude, ni trop froide, et cela lui convenait parfaitement mais maintenant qu'elle séjournait dans les montagnes Suisse, c'était autre chose. Elle garda la tête haute, c'était de toute façon pas le moment pour se plaindre. Il fallait agir et vite.
Alors qu'elle avançait en compagnie de ses deux voisins elle sursauta à l'intervention du blondinet :

- Là... !

C'était un miracle ! Non, plutôt un coup de chance. Elle ne pouvait pas espérer mieux. Deux larges poteaux de téléski trônait en plein centre d'une vaste étendu de neige. S'il y avait des téléphériques, ils ne devait vraiment pas être loin !

Elle lança un regard au deux autres. Ses yeux pétillaient et ses joues rouges par le froid lui donnait un air adorable. Elle chercha du regard une descente en sécurité. Il fallait suivre les longs câbles, et sans plus aucun doute, ils tomberaient sur une station.
Ils descendirent une trentaine de neige en évitant les mauvaises prises. Ça glissait énormément et plus ils approchaient du sol, plus l'air frappait contre la roche tout prêt d'eux. Elle grelottait de plus belle. Pourvu qu'il fasse chaud là bas... ! Elle attrapa les quelques racines et autres branches pour descendre plus bas. Elle gardait la forme. Elle fit attention qu'aucun ne dégringole.
Elle fini par se laisser tombé à quelques mètres du bas s'enfonçant complètement les genoux dans la neige. Elle avait l'air maline là, enfoncé.
Elle ricana, idiotement mais en réalité, elle maudit ses petites jambes et sa petite taille en général. Déjà que la traversé de la montagne avait été pénible et leurs avait prit une bonne partit de la journée, la voilà galérant dans la neige. Elle enviait la grande taille du russe.

Elle s'enfonça bien plus dans la neige. Bien évidement, le vent fit de plus en plus des siens puisqu'il n'y avait plus aucun arbre pour les abriter.

- On va vraiment y arriver... ?

Elle claqua des dents mais ne pouvait pas rebrousser chemin alors qu'ils en étaient arrivé si loin. Elle arriva accompagné des deux autres nations au pied du pilonne. Une fois arrivé jusque là, elle y vit un autre duo de poteau de fer. Elle se mit à songer.

- Et si on s'était trompé de côté... ? Je commence à perdre foi... Et... j'ai froid...

Elle croisa les bras. Elle avait ses gants mais ils n'étaient pas vraiment fait pour une virée en montagne... Elle perdait peu à peu sa motivation. Ils avaient marché pendant si longtemps, peut-être trois ou quatre heures et n'avait toujours rien trouvé qui ressemblait à une station, était-ce raisonnable de continuer ? Elle savait pertinemment que de toute manière, s'ils rentaient au QG, ils ne tiendraient pas bien longtemps. Elle souffla et regarda ses amis, inquiète.
Jeu 29 Nov - 0:22
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 46
Date d'inscription : 30/05/2018
Localisation : Derrière toi :D

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Tuyau robinet
Inventaire:
Russie
25/25



Il y a plus rien dans le frigo
Le Russe était concentré à observer l’horizon à la recherche d’une trace humaine, il ne remarquait plus rien pendant ce laps de temps, même pas le grelottement d’Hongrie qui avait l’air d’avoir extrêmement froid. Dans le silence pesant pendant la recherche, la voix de canada résonna, le faisant presque sursauté.

— Là . . . !

Il suivit la direction indiqué par le Canadien. Devant eux se dresser au loin des poteaux câbler, c’est le signe qu’il cherchait. L’Homme avait dressé quelque chose par là et il y avait forcément quelque chose au bout, un espoir de trouver quelque chose d’intéressant. Il n’avait plus qu’à les suivre et ils tomberont sur la station de ski. Le Russe suivit la jeune fille qui descendait la falaise, c’était assez dangereux, car la neige rendait glissant la pierre. Mais le Russe avait l’habitude de toute cette froideur, il était moins adapté à l’effort par contre et en revenant, il comptait prendre au moins une semaine de repos.

Une fois, le pied posait au bas de la falaise, il fallait continuer dans la même direction pour tomber là où il fallait. Ils continuèrent leur chemin. L’Hongroise semblait aller de plus en plus mal.

- On va vraiment y arriver... ?

Le Russe avait peur qu’elle abandonne, après tout ce qui s’est passé dans le QG, c’était peut-être trop pour elle. Il la connaissait un peu, il avait eu le temps de la connaître dans le passer. Mais cette situation était bien pire que tout ce qu’il avait tous connu. Il était facile de perdre espoir. Ils finissent quand même par arriver au pied du pylône et la brune leurs fait part de son inquiétude.

- Et si on s'était trompé de côté... ? Je commence à perdre foi... Et... j'ai froid...

Le Russe la regarda, il lui sourit, il voulait la rassurer. Il n’était pas du genre à abandonner, il savait qu’ils était dans la bonne voie.

- J’en suis sûr qu’on est sur la bonne voie, on doit juste suivre les poteaux et ils nous mèneront à la zone habitable de la station de ski !


Il la regarda de haut en bas, il comprenait pourquoi elle avait froid. Ça tenu n'était pas très adapter. Même si sa robe était plus chaud qu’une tenue basique, elle n’était pas adapter à la montagne. Elle n’avait pas de manteau épais, d’écharpe ni de gants vraiment chaud… Il n’avait pas fait attention… Il aurait dû la prévenir avant… Il ne pouvait pas la laisser comme ça… C’était son amie après tout, alors il détacha son manteau et lui posa sur les épaules. Il résistait plus au froid qu’elle, rester seulement avec son gros pull en laine devrait suffire. Il était assez grand pour lui faire une robe, mais au moins ça l’a tiendrait au chaud.

- Je te le prête ~ Ne l’abime pas trop

Il se reconcentra ensuite sur la route à suivre, s'il était sur une piste de ski, le haut de la montagne serait l’endroit où le téléski va pour permettre au skieur de descendre la pente. Donc les habitations devraient être en bas des pistes, il se tourna vers la descente de la Montagne et on pouvait voir en contrebas, un bout des bâtiments de la station de ski.

- Trouvé !


Codage par Libella sur Graphiorum

___________________________________________________

Jeu 29 Nov - 12:42
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Messages : 240
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : Derrière toi.

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Contrôle
Inventaire:
Glutimultipode
50/50



Il n'y a plus rien au frigo

ft. Russie, Hongrie & Canada.
[RP MISSION]


Enfoui dans la neige, adossé à un mur de la station de ski, le Glutimultipode restait immobile. Se faisant passer pour un simple rocher décoratif, couvert de neige, a proximité de la station. Il attendait depuis des jours, et des nuits. Ses tentacules frémissant légèrement, impatiente d'engluer sa futur proie pour la dévorer vivante, avec lenteur.
La créature s'était nourri que de quelques animaux sauvages, à défaut d'un meilleur repas. Mais là elle le sentait, s'était son jour de chance. Aujourd'hui elle aurait de la chair humaine, du sang chaud pour se réchauffer. Elle ne laisserait rien. Pas un os, pas un cheveux, pas une semelle!

A l'abri dans sa coquille le Glutimultipode essayait de sentir la moindre vibration du sol ou de la neige. Le moindre petit signe qui pourrait lui indiquer l'approche de son futur repas. Elle ne laissera rien passé. Avec ses tentacules elle pourrait bien attraper 4 personnes facilement. Pour les manger par contre ce sera au tour par tour.
Après elle avait largement le temps de voir de quelle manière elle mangerait son repas.

Jeu 29 Nov - 22:53
Voir le profil de l'utilisateur http://hetalialastjudgment.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 105
Date d'inscription : 04/06/2018
Localisation : Montréal.

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Hache
Inventaire:
Canada
25/25







Mission : Il y a plus rien dans le frigo.




Canada, Russie & Hongrie






Comme par mécanisme, il hocha positivement de la tête dans la direction de la nation hongroise, quand elle se tourna vers eux. Enfin, ils avaient trouvé leur station ! Indirectement, certes, mais elle n'était pas loin ; juste à quelques kilomètres, si ce n'était moins ou plus. Matthew espérait qu'il allait y voir des réfrigérateurs avec quelques petits trucs comestibles dedans ou des placards contenant de la nourriture, souhaitant que cette dernière n'aurait pas tournée ou été contaminée par quelque chose. Des vivres infectées . . . Ah, qu'est-ce qu'ils auraient l'air intelligents, quand ils se retrouveraient tous à muter ou à mourir à petit feu ! Il eut un frisson à cette pensée, tandis que son ventre cria famine. C'était discret, mais probablement que Russie et Hongrie avaient entendu. Ce serait un peu gênant, mais également compréhensif. Ah, qu'est-ce qu'il donnerait pour ne serait-ce avoir une goutte de sirop d'érable, de myrtille ou de la bonne bière, un petit morceau de pancake parfaitement cuit, une salade de fruits rouges . . . Ses plats et breuvages préférés lui manquaient, et à cette alléchante réflexion, il eut encore plus faim qu'avant. Canada se tenait le vendre de sa main libre, utilisant l'avant-bras pour garder sa veste fermée. La partie en acier de sa hache traînait derrière lui, se couvrant de neige et de terre, tendit qu'il tenait d'une façon lasse le manche, mais veillant à ne pas la lâcher ; ce serait bête, comme perte d'arme. La fatigue commençait lentement à faire un peu plus savoir sa présence, ce qui n'était en aucun cas une bonne chose. Il bailla, se couvrant la bouche avec son bras quelques instants.

Il suivit Elizabeta, s’accrochant fermement aux roches pour ne pas glisser sur de la glace et finir démembrés plus bas. Oh, ce serait tellement idiot, comme mort . . . Même pas une petite seconde de gloire ou d'honneur. Il s'en voudrait d'avoir laissé Kumajirô, sa famille, ses amis, le reste du quartier général et États-Unis ; alors il ne devait pas mourir, rester en vie et rentrer en un seul morceau, pour eux. Il fronça des sourcils en signe de détermination et se donna une tape, se retrouvant avec un peu de neige sur le coin de la tête ; tant que cela ne descendait pas sous sa chemise, ça ne le dérangeait pas. Il descendit un peu pus rapidement la montagne, mais toujours en inspectant chaque endroit où il posait le pied. Son regard passait du duo au sol, vérifiant aussi, quelques fois, la position de la ligne téléphérique, pour vérifier qu'ils se dirigeaient toujours dans la bonne direction.

En regardant ses deux camarades descendre, il se disait qu'il avait une autre raison de ne pas tomber : Car sous le coup, Matthew pourrait les emmener avec lui dans sa chute éventuellement mortelle. Et ça, il ne le voulait pas ; aucunement. Que Suisse ne soit pas étonné de retrouver trois macchabées dans la neige de son propre pays.

Ah, encore à avoir des pensées défaitistes . . . Le manque de sommeil était en train de méchamment l'impacter. Canada, cesse de songer à ça ! Tu es plus fort que ça ; tu es le grand frère d'une des puissances mondiales et le second pays le plus étendu du monde ! Pense à chez toi, à tes terres de glace, tes forêts de sapins, tes grands lacs ! C'était ce qu'il se disait. Finalement, il se mit à très légèrement chantonner « Encore un soir » de Céline. Il aimait beaucoup cette chanson, tout en continuant de suivre le duo.

À un moment, il releva le regard et vit l'Hongroise se laisser tomber dans la neige ; au début, il eut peur qu'elle n'ait glissé, mais en réalisant que ce n'était pas grave, il fut rassuré. Il continua alors le chemin, toujours en train de suivre les deux autres, ses bottines se remplissant toujours de plus en plus de poudreuse. Il regarda la jeune femme à sa phrase.


— Évidemment, que l'on va y arriver !


Encore une fois, il n'était pas trop sûr de ce qu'il avançait ; en plus, elle semblait avoir très froid, en jugeant de part ses dents qui claquaient . . . Mais quoi qu'il en soit : Lorsqu'ils arrivèrent tous les trois en bas du grand pilonne de ferraille. Il scruta une nouvelle fois l'Européenne.


— Je pense que nous sommes du bon côté de la ligne . . . Dit-il, avec peu d'assurance, mais approuvant d'un hochement de tête ce que disait Ivan.


Le Nord-Américain fit une mine un peu triste en voyant le regard de la jeune fille, n'aimant pas voir les autres dans cet état ; hors, sur le moment, il ne savait pas quoi faire exactement. Puis examina les deux nations à ses côtés, le Russe enlevant sa grosse veste et l'a passant autour des épaules d'Elizabeta. Si Matthew aurait pu sourire sincèrement, il l'aurait fait ; c'était avec ce genre de situation qu'il remettait en quelque sorte en cause sa haine naturelle pour lui . . . Mais c'était un fier capitaliste, et lui, un communiste ! Cette rancœur était donc normale ! Il se disait.

Avant de les suivre pour la énième fois. Et quand le Soviétique s'écria, il se tourna vers là où il regardait : Des bâtiments ! Ils l'avaient trouvé ! Canada se réjouit intérieurement


— Allons-y . . . !


Sa poigne sur le manche se raffermit, et il se dirigea hâtivement vers la station.



CSS par Gaelle
Jeu 29 Nov - 23:41
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/9833210/
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 19/11/2018

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Fusil à pompe
Inventaire:
Hongrie
25/25



Mission : Il y a plus rien dans le frigo
Hongrie grelottait contre le poteau. Elle était plutôt désespérée quand soudain elle sentit un poids sur ses épaules. Et quel poids ! Le machin devait peser une tonne ! Elle se retourna, perplexe. Et découvrit un Russie tout sourire, lui offrant son manteau bien trop grand pour elle. Elle vira au rouge instantanément, par le geste d'une gentillesse et galanterie mais surtout par la révélation que c'était Russie en personne qui le faisait. Elle ne savait plus où se mettre et marmonnaient quelques mots.

- Je... Merci...

Avant même qu'elle puisse lui dire qu'il n'était pas obligé, voilà qu'ils avaient une piste sur la fameuse station. Elle enfila correctement le manteau qui lui allait jusqu'aux chevilles tellement il était grand. Je vais devoir lui trouver quelque chose pour le remercier..., elle ricana à elle-même un peu timide.

Hongrie suivit les deux autres toujours dans la neige épaisse. Cela faisait maintenant plusieurs heures qu'ils étaient dans cette foutue neige froide et compacte. Ils marchèrent dans l'étendu blanche. Hongrie était bien silencieuse.

Ils virent tous ensemble la fameuse station qui paraissait si petite de loin. C'était bien là ! Comme un Mirage en plein désert, cette station était leurs salut !

Hongrie pressa le pas, oubliant sa fatigue. Elle avait tellement hâte d'y trouver quelque chose à manger, de quoi se réchauffer et de quoi dormir un peu. Elle n'avait pas sommeil mais toute cette marche l'avait épuisé. Elizabeta et les deux autres arrivèrent non-loin du parking de la station. C'était vide. C'était plutôt logique puisque c'était en été que toute cette galère avait débuter. Les stations étaient vides, et seuls les chalets étaient occupé par des vacanciers névrosés allergiques aux plages.

- Parfait ! Maintenant qu'on est arrivé si loin, on va pouvoir manger, se poser quelques minutes et surtout trouver de quoi remplir nos poches pour les autres ! Mais... Va falloir faire attention.

Elle décrocha son fusil de sa lanière et le prit en main, par précaution. On ne pouvait pas savoir à l'avance s'il n'y avait pas de monstre caché là dedans, ou même des humains un peu plus agressif.
Elle ferma la marche du petit groupe, laissant les deux garçons, armé d'arme contenantes. Elle sera bien plus utile si elle pouvait les soutenir à distance malgré le fait que ce soit un fusil à courte porté.
Elle serra ses mains contre l'arme chargée. Elle tremblait très légèrement. D'un souffle elle se concentrait pour pouvoir prévoir la moindre éventualité.
Ven 30 Nov - 16:38
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 46
Date d'inscription : 30/05/2018
Localisation : Derrière toi :D

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Tuyau robinet
Inventaire:
Russie
25/25


Il y a plus rien dans le frigo


- Je... Merci...

La réaction d’Hongrie faisait plaisir au Russe. Il aimait les gens expressif et émotif. Il ressentait ses émotions et ça lui faisait plaisir. Il lui fait un grand sourire en guise de réponse. Son manteau allait très bien sur la jeune fille, ça lui faisait une grande robe.
Après cette instant émotion, le russe repris le cours de la mission. Le Canadien avait donné le départ pour se diriger vers les bâtiments de la station de ski. Il descendit en faisant attention la piste de ski à pied. Ce n’était pas toute la neige qui embêter Russie, mais l’inclinaison de la pente qui pouvait les faire tomber facilement.
Quelques minutes de marche s’écoulèrent et ils finissent par arriver sur le parking, il était quasiment vide de voiture.

- Parfait ! Maintenant qu'on est arrivé si loin, on va pouvoir manger, se poser quelques minutes et surtout trouver de quoi remplir nos poches pour les autres ! Mais... Va falloir faire attention.

Le Soviétique trouvait que Hongrie avait totalement raison, il allait pouvoir fouiller les lieux, mais il fallait faire très attention dans chaque salle de chaque bâtiment pouvait se cacher une créature. Leurs pas devaient être réfléchis et faire attention à chaque bruit louche qu’il pouvait entendre.

- Bien, on reste en groupe et on fait le tour pour voir s'il n’y a pas une créature…

Il espérait qu’aucune ne s’y trouver. Il sortit son robinet, il était prêt à se battre s'il le fallait. Son objectif était que personne ne soit gravement blessé, il ne voulait pas que la mission échoue non plus. Tout le monde attendait de la nourriture. On ne pouvait pas se permettre que certain meurt de faim. Et on devait avoir un minimum d’énergie pour pouvoir trouver une solution pour se débarrasser à jamais de toutes les créatures.

Le Russe se plaça en tête du cortège, il n’avait pas autant peur des créatures que les autres et il pensait qu’il serait le plus résistant comparer à eux, surtout par rapport à Hongrie, elle était une combattante, mais ça restait une fille, elle était plus fragile que lui.
Il commençait à faire le tour du bâtiment en faisant le moins de bruit possible, pour ne pas se faire repérer.

Codage par Libella sur Graphiorum

___________________________________________________

Ven 30 Nov - 19:31
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 105
Date d'inscription : 04/06/2018
Localisation : Montréal.

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Hache
Inventaire:
Canada
25/25







Mission : Il y a plus rien dans le frigo.




Canada, Russie & Hongrie






Quand le trio arriva au niveau de la station, le blond inspecta le parking ; c'était désertique. Pas une voiture, pas une moto, pas une bicyclette, pas un cadavre, pas une bestiole. Parfait. Il replaça la hache contre son épaule, en veillant bien à ne pas heurter Russie ou Hongrie, tout en se tournant vers cette dernière quand elle parla. Canada jugea intelligent ses paroles, sa poigne sur l'arme se faisant plus insistante. Il acquiesça également au communiste ; aller chacun de son côté . . . Il avait vu assez de films d'horreur pour savoir que c'était tout sauf une bonne idée. Au moins, le Russe était un minimum intelligent pour le coup, il devait le reconnaître.

Canada regarda la jeune femme prendre son fusil à pompe et Ivan son robinet ; il fit un peu de même en prenant le manche dans les deux mains, la lame dirigée vers l'avant, prêt à l'a lever à la vue de n'importe quelle créature. Il n'aimait pas l'idée de laisser Hongrie derrière eux aussi, mais il n'allait pas la reprendre sur cela, avançant entre ses deux camarades, inspectant les alentours de la station avec eux.

Ah, par pitié, qu'ils trouvent ce qu'ils cherchent, et qu'ils reviennent en un seul morceau, et en vie ! Il priait également pour ne pas s’endormir au mauvais moment.



CSS par Gaelle
Ven 30 Nov - 21:26
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/9833210/
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Messages : 240
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : Derrière toi.

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Contrôle
Inventaire:
Glutimultipode
50/50



Il n'y a plus rien au frigo

ft. Russie, Hongrie & Canada.
[RP MISSION]


Le Glutimultipode était en l'alerte, il sentait que la neige bougeait, il entendait aussi le son de voix humaine. Le repas venait d'arriver.

Sournoisement la créature glissa ses tentacules sous la neige bien épaisse, veillant à ne pas faire bouger la poudreuse. Inutile de déplacer sa grosse coquille, pour risquer d'être repérer. Autant utiliser la neige à son avantage pour surprendre ses proies. Pour que l'instant soit fatale et sans échappatoire.

Quelqu'un s'approchait de plus en plus de l'endroit où le Glutimultipode se trouvait. Une proie de grand gabarit. La créature étendit un peu plus l'un de ses tentacules, et attrapa la cheville de sa cible. Tirant de toute ses forces pour envoyer le malheureux contre un mur.

Ven 30 Nov - 21:32
Voir le profil de l'utilisateur http://hetalialastjudgment.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Messages : 240
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : Derrière toi.

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Contrôle
Inventaire:
Le membre 'Maitre' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Attaques' : 1

--------------------------------

#2 'Dégât' : 5
Ven 30 Nov - 21:32
Voir le profil de l'utilisateur http://hetalialastjudgment.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 19/11/2018

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Fusil à pompe
Inventaire:
Hongrie
25/25



Mission : Il y a plus rien dans le frigo
Hongrie était tétanisée. Alors qu'ils étaient arrivé à la station de ski et qu'ils surveillaient les alentours on venait de les attaquer. Une grosse tentacule venait de sortir de la neige. Le membre d'une créature avait aggrippé Russie sous les yeux de la jeune femme. Elle vit impuissante son ami voler.

- Russie ! Cria-t-elle désespérément.

Elle agrippa son fusil à pompe qu'elle avait toujours en mains et tenta de viser la tentacule qui gesticulait monstrueusement. Elle tremblait et n'arrivait pas à se calmer mais il le fallait ! Que faire ? Viser le bout ? Aider Russie ? Tirer un peu n'importe où ?

Elle prit son courage à deux mains et visa la partie inférieur de la tentacules. Vu qu'elle était assez proche, elle le touchera ! Elle l'espérait !
Ven 30 Nov - 22:52
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Messages : 240
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : Derrière toi.

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Contrôle
Inventaire:
Le membre 'Hongrie' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Attaques' : 6

--------------------------------

#2 'Dégât' : 4
Ven 30 Nov - 22:52
Voir le profil de l'utilisateur http://hetalialastjudgment.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 46
Date d'inscription : 30/05/2018
Localisation : Derrière toi :D

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Tuyau robinet
Inventaire:
Russie
20/25




Il n'y a plus rien dans le frigo


Le Russe ne l’avait pas vu venir, il avançait en première ligne tranquillement. Aucune chose ne laissait supposer une créature était tapis dans l’ombre, dissimuler dans la neige. Il n’avait pas remarqué la tentacule qui glissait dans le tas de neige et s’approcher discrètement de la jambe d’Ivan. Ce n’est que quand il sentit quelque chose serrer sa cheville qu’il comprit que quelque chose n’allait pas.

C’était passé tellement vite, en une fraction de seconde, il se fit attrapé par surprise, il avait entendu la douce Hongroise crié son nom de manière dramatique. Le tentacule l’avait ensuite envoyé en l’air droit sur le mur. Son dos pris de plein fouet la façade, il avait encaissé le choc même si était sûr d’avoir une belle blessure dans le dos. La gravité terrestre fit le reste et Ivan retomba sur le sol.

La violence du coup l’avait déstabilisé quelques secondes, mais il reprit le poil de la bête et se releva en ce tenant d’une main le dos, comme si ça allait soigner quoi que ce soit. Hongrie n’avait pas à s’inquiéter, Russie n’était pas encore mort, il allait continuer à se battre. Il resserra la prise de son tuyau en métal, prêt à taper avec si la créature approchait une autre de ses tentacules


Codage par Libella sur Graphiorum

___________________________________________________

Ven 30 Nov - 23:27
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 105
Date d'inscription : 04/06/2018
Localisation : Montréal.

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Hache
Inventaire:
Canada
25/25







Mission : Il y a plus rien dans le frigo.




Canada, Russie & Hongrie






Canada n'avait rien vu venir ; comme les deux autres nations, il pensait. Il marchait à pas de loup dans la poudreuse, son regard s'agitant vers la moindre source de bruit n'émanant pas d'Ivan ou d'Elizabeta. Mais cette chose, cachée sous la neige, il ne l'avait pas remarqué . . . Et c'est ainsi qu'elle s'était dévoilée, attrapant la cheville d'Ivan et l’envoyant valser contre le mur. Les yeux ronds, un peu figé sur place, pris de court, il ne su quoi faire exactement sur le moment. Aller voir le Russe pour vérifier son état ? Attaquer ? Protéger Hongrie ? Il l'a scruta quand elle cria le nom du Soviétique et dégainer son fusil, tirant sur la bête. Cependant, elle échoua . . . Ce qui mit encore plus la pression au Nord-Américain. Il fut un peu rassuré en voyant le géant du groupe se relever, sans trop de choses de cassées manifestement, avant de diriger son regard vers cette . . . Chose bizarre.

Il serra le manche, leva sa hache, et tenta de trancher cet tentacule sorti de nulle part, le fixant d'un regard noir. Matthew espérait qu'il l'avait sectionné, ou au moins effleuré ! Il était sûr qu'il avait bien visé ! Mais avec cette fatigue toujours présente, toujours collée à la peau et à l'esprit, il y avait des possibilités de défaite, sur ce coup-là . . . Mais il croyait en lui ; bien que, sûrement, couper cette tentacule n'allait pas faire grand chose. Cependant, son sang froid s'était en quelque sorte absenté, et au moins, il aurait blessé le monstre.



CSS par Gaelle
Ven 30 Nov - 23:53
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/9833210/
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Messages : 240
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : Derrière toi.

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Contrôle
Inventaire:
Le membre 'Canada' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Attaques' : 5

--------------------------------

#2 'Dégât' : 4
Ven 30 Nov - 23:53
Voir le profil de l'utilisateur http://hetalialastjudgment.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Messages : 240
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : Derrière toi.

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Contrôle
Inventaire:
Glutimultipode
46/50



Il n'y a plus rien au frigo

ft. Russie, Hongrie & Canada.
[RP MISSION]


Des proies! Des tas de proies! Le Glutimultipode perdit sa patience, l’appétit étant devenu bien trop forte. La créature visqueuse sortit alors de sa coquille, brandissant ses nombreuses tentacules. Pourtant la joie de la créature fut brutalement coupé quand elle ressentit une douleur vive dans l'une de ses tentacules. Un rugissement lui échappa, l'une de ses proies venaient de l'agresser.

Sous l'effet de la rage le Glutimultipode leva deux de ses tentacules, haut dans les airs, et les abattit brutalement au sol, droit sur l'agresseur.

Dim 2 Déc - 20:52
Voir le profil de l'utilisateur http://hetalialastjudgment.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Messages : 240
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : Derrière toi.

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Contrôle
Inventaire:
Le membre 'Maitre' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Attaques' : 8

--------------------------------

#2 'Dégât' : 10
Dim 2 Déc - 20:52
Voir le profil de l'utilisateur http://hetalialastjudgment.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 19/11/2018

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Fusil à pompe
Inventaire:
Hongrie
25/25



Mission : Il y a plus rien dans le frigo
Hongrie ne tenait plus sur place, alors qu'elle avait honteusement loupé son tir, voilà que son voisin canadien avec réussit à blesser la créature monstrueuse.
Elle s'en voulut presque de ne pas avoir bien su réagir et blesser ce tas de tentacule.

Elle rechargea son arme, les mains tremblantes. Elle jeta un coup d’œil vers Russie. Elle en conclut qu'il allait sans doute bien. Elle ferma la recharge et visa à nouveau. Elle ferma son œil gauche pour s'aider à mieux se concentrer. La créature avait essayé de riposter mais c'était loupé, c'était maintenant sa chance !
Pour vu qu'elle réussisse à lui faire mal !
Dim 2 Déc - 21:10
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Messages : 240
Date d'inscription : 10/09/2014
Localisation : Derrière toi.

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Contrôle
Inventaire:
Le membre 'Hongrie' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Attaques' : 8

--------------------------------

#2 'Dégât' : 1
Dim 2 Déc - 21:10
Voir le profil de l'utilisateur http://hetalialastjudgment.forumactif.org
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: