Hetalia Last Judgment
Depuis toujours l'humanité à mené une longue quête pour atteindre l'immortalité. Au cours du temps, les humains ont remarqués la présence d'individu ayant cette capacité de traversé le temps hors de l'échelle de vie humaine. Les nations.
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Terre désolée :: QG Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ 22/07] Théâtre : La belle au bois dormant revisité

avatar
Masculin
Messages : 23
Date d'inscription : 30/05/2018
Localisation : Derrière toi :D

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Vie Mission:
25/25  (25/25)
Inventaire:
Sam 21 Juil - 19:38
Théâtre : La belle au bois dormant revisité

Le jour de la représentation était arrivé. J’avais enfilé la tunique que Francis avait cousue pour moi et les accessoires en cartons qu’on avait créés avec Vietnam. Une fois mes ailes et ma baguette en main. Je me mis sur le devant de la scène et commençai à réciter mes répliques.

« Aujourd’hui est un jour heureux ! La princesse est née. Tout le royaume est en fête ! »

Je récupérai le bébé boîte d’œuf et le ramenai sur la scène. Je la berçai comme un vrai bébé. Mon visage était sur ce faux bébé.

« Tu seras belle et douce, ma belle princesse. »

Je relevai la tête vers le publique avec un regard choqué. Espérant que mon jeu d’acteur transmette assez l’émotion que je veux transmettre.

« Qu’est-ce que c’est… Oh… Devant mes yeux, se dessine une vision… Non… C’est plus qu’une simple vision… Je… vois une jeune fille… Est ce la princesse ? Elle porte le diadème chat destiné à la princesse ! C’est forcément elle… Je la vois... En train d’étrangler la sorcière maléfique avec un ruban… Celle dont tout le monde à peur ! »

Je fixai le sol, comme pour montrer que je me remettais de cette vision d’horreur… Je me tiens la tête avec la main de libre puis je regardais à nouveau le faux bébé.

« Qu’est-ce donc… Peut-être une prophétie ! Oui ! C’est ça ! Les dieux m’envoient une vision de l’avenir. La princesse nous débarrassera de la méchante sorcière ! »

Je recommençais à bercer le bébé.

« Tu as bien le temps de grandir avant, je serais toujours là pour t’aider donc n’hésite pas à m’appeler à l’aide. Je serais pour toujours ta marraine la bonne fée. »

Je me mis à chantonner une petite chansonnette en guise de berceuse pour la boîte d’œuf qui joue le rôle du bébé. J’avais fini mon petit monologue, c’était à Canada de faire son entrée.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 74
Date d'inscription : 04/06/2018
Localisation : Montréal.

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Vie Mission:
25/25  (25/25)
Inventaire:
Sam 21 Juil - 21:21




Théâtre : La Belle au bois dormant revisité.




Russie, Canada, Grèce & Pays-de-Galles.






Canada était derrière la scène, écoutant attentivement Russie parler ; il attendait qu'il termine son monologue sur la princesse pour pouvoir intervenir sur la scène. Pendant ce temps, il patientait derrière le sorte de rideau aménagé pour séparer la scène des coulisses, récitant son texte de début à voix basse. Quand Matthew entendit le communiste finir, il souffla, et s'avança sur la scène, se plantant sur le côté, regardant fixement la fée, faisant bien traîner le long tissu noir qui lui servait de robe-cape, un bâton de balai pour faire le spectre à la main. La nation polaire n'était pas vraiment sûr de pouvoir y arriver, mais bon, il devait le faire. Canada souffla doucement pour la énième fois, et se concentra sur ses répliques, tout en vérifiant que ses cornes en carton ne tomberaient pas pendant la représentation.


— Alors ? On ne m'invite même pas à la fête de la naissance de notre jolie princesse ? Il fit difficilement une mine faussement déçue. Dans une autre mesure, je vous aurais bien pardonné, évidemment ; vous me connaissez, depuis le temps. Matthew dit cela en souriant sadiquement, bien que sur son visage, ça devait faire quelque peu étrange. Mais . . . Disons que désormais, cette petite est un problème.


En disant cela, Canada, alias Maléfique, s'approcha de la fée, regardant le bébé improvisé avec une boîte d’œuf. Il leva son bâton, et posa sa main libre sur le frêle front de l'enfant. Il se rappela expressément de ce qu'il devait à présent dire.


— Cette enfant sera maudite ! Le Canadien le dit assez fort, pour bien que tout le monde puisse l'entendre. Chaque fois que la princesse tentera de porter un quelconque tissu, ils se transformeront en épines ! Si elle a le malheur d'en toucher une seule, elle sombrera dans un sommeil éternel !


D'un air satisfait, le Maléfique canadien se tourna, faisant voleter le pan de sa robe dans l'air, partant de la scène et rejoignant les sortes de coulisses. C'est bon, ce n'était plus à lui maintenant !



CSS par Gaelle
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Dim 22 Juil - 18:30
Grèce était assis dans le public. Pourquoi pas dans les espèces de coulisses improvisés qu’ils avaient fait où se trouvait Canada ? C’était plus théâtrale ainsi. Ça et c’était plus pratique pour voir, quand son tour arriva il partit par derrière pour ne pas gêner. Il vit Russie passer avec un panneau où il était écrit « 20ans plus tard » et ensuite il entra sur la scène. Leur magnifique scène improvisé à l’aide d’un grand morceau de carton où ils avaient dessiné un château et où il n’y avait aucune délimitation physique entre la scène et le publique. Grèce fit face au publique et commença à parler.

« Toute ma vie j’ai vu les autres femmes vêtue de beaux vêtements et de beaux ornements.
Toute ma vie je me suis demandé la raison de cette injustice sans nom.
Serais-je un homme pour ne pouvoir me vêtir comme les autres femmes ?
Je suis un homme. Je porte des vêtements d’homme.
Et en tant qu’homme je combattrai pour mon royaume afin que tout le monde soit sauf.
 »

Grèce avait attaché un drap autour de lui de la même manière que son peuple le faisait à l’Antiquité et cela était censé représenter une tunique militaire, il avait aussi sur lui le diadème chat qui n’était rien d’autre qu’un serre tête avec un des oreilles de chat.

« Dans le royaume voisin je me suis engagé. Afin de perfectionner le maniement de l’épée.
Le Prince j’ai rencontré et avec je me suis lié.
Son courage n’avait d’égale que son grand cœur et rien n’aurait pu prédire l’orage de cette heure.
 »

Héraclès se retourna ensuite pour être de profil face au public, ne jamais leur tourner le dos, et attendit que Pays de Galles le rejoigne.


Une pièce digne de Shakespeare.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 54
Date d'inscription : 04/06/2018
Localisation : dans le QG

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Vie Mission:
25/25  (25/25)
Inventaire:
Dim 22 Juil - 21:02


La Belle au Bois Dormant

ft. Ivan, Matthew & Heracles

Qu'est-ce qu'il était stressé ! Derrière, dans les coulisses improvisées, Meredith faisait les cent pas. En boucle, il se demandait pourquoi il avait décidé de participer, pourquoi il avait voulu faire une pièce avec les autres ! Les préparatifs avaient été amusants, les répétitions aussi, mais une fois le jour-J arrivé, le stress était monté en flèche. Le gallois n'avait pourtant aucun problème d'élocution, il n'était pas timide... Mais s'exposer devant tout le monde relevait soudain des Douze Travaux.

Il attendait son tour, dans une impatience mêlée d'angoisse. Il connaissait son texte par coeur, celui des autres aussi, mais il craignait que son cerveau cesse toutes fonctions dès qu'il aurait mit un pied sur la scène. Il essayait alors de se convaincre que c'était moins impressionnant que de jouer un match dans un stade de 74 000 personnes et que c'était juste comme un jeu de rôle... Mais non.

De temps en temps, il quittait ses notes et il jetait un regard vers la foule. Il y reconnu les visages de Viêt Nam, de Portugal, mais aussi et surtout les sourcils fourbes de son frère cadet, qui devait juger cette mascarade en silence et ceux de son aînée, plus moqueuse que jamais. Seul le rouquin manquait à l'appel... Et tant mieux.

Pas le temps de souffler, voilà qu'Heracles récitait déjà la fin de son texte !

Le Prince j’ai rencontré et avec je me suis lié, murmura Meredith dans l'ombre des coulisses, la tirade grecque lui servait de compte à rebours. Son courage n’avait d’égal que son grand cœur et rien n’aurait pu prédire l’orage de cette heure.

Allez, en avant Chevalier !

Prenant le peu de courage qu'il avait réussi à emmagasiner, le gallois monta sur scène. Le drap rouge -à défaut d'être pourpre- flottant derrière lui servait de cape. A chacun de ses pas, son ventre se serrait davantage et le grec lui semblait être à l'autre bout de la salle.

« Princesse, ô ma tendre amie ! Quel plaisir d'vous retrouver ici ! »

Un sourire, peu habituel sur le visage du gallois, étira ses lèvres alors que le stress coinçait les mots au fond de sa gorge. Pourtant, il allait devoir parler encore un moment ! Sa prise sur le pommeau de son épée de carton se resserra et, se positionnant de trois quart face au public, il se raccrocha au regard du grec pour s'encourager. Et faire de gros effort pour parler correctement, sans son vilain accent.

« C'est aujourd'hui que vous atteignez votre vingtième année, voilà pourquoi je viens vous offrir ce précieux présent. Une étoffe taillée dans la plus belle des soies qui, j'en suis persuadé, vous siéra à ravir. »

Disant ses mots, il détacha un vulgaire bout de tissu de sa ceinture et le présenta au grec avec cérémonie, comme s'il s'agissait d'une trésor inestimable. Le Prince gallois fit alors un pas de plus pour rejoindre Heracles et les mains tremblants encore un peu, il passa l'écharpe de fortune -et loin d'être en soie- autour du cou de la princesse.



... C'est bon ? Il peut partir ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Invité
Invité
Mar 24 Juil - 15:12
Un large sourire apparut sur le visage du Grec quand il vit Pays de Galles le rejoindre sur scène et pour une fois ce sourire ne venait pas totalement de lui, c’était pour son personnage, même si la venue du gallois le faisait effectivement sourire. Meredith lui rendit son sourire mais Héraclès pouvait voir que son ami était toujours stressé, il fit de son mieux pour le rassurer à l’aide de son regard et l’encourager, il savait que le gallois pouvait le faire.
Il écouta attentivement ses paroles et se répéta mentalement ce qu’il allait devoir faire une fois que l’écharpe serait autour de son cou. Ils y avaient attaché à l’intérieur des aiguilles dont le bout avait été enduit de ketchup, normalement le public ne voyait pas les aiguilles car c’était la face extérieur qui était montré. Une fois l’écharpe autour de son cou Grèce sourit encore plus, si cela était possible, et son visage changea d’expression à la vitesse de la lumière. Il exagérait une douleur vive  et poussa un cri avant de se laisser tomber sur le sol de manière théâtrale (c’était le cas de le dire.)
L’écharpe suivit le mouvement et en entraînant une main dans un bout du tissu l’intérieur de l’écharpe se révélait. Bien sûr le mouvement était censé montré que la princesse avait accidentellement entraîné un bout du tissu dans sa chute mais le moindre geste était calculé à la perfection pour faire tomber l’écharpe dans la position désiré.

Les aiguilles étaient désormais à découvert ainsi que le « sang » dessus. Héraclès avait des traces de ketchup autour du cou montrant que la princesse avait été blessé.
Une fois au sol il ferma les yeux et ne bougea plus d’un iota. Il était désormais plongé dans un sommeil éternel et ne bougerait plus.
La suite dépendait désormais de Pays de Galles.


Une pièce digne de Shakespeare.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 54
Date d'inscription : 04/06/2018
Localisation : dans le QG

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Vie Mission:
25/25  (25/25)
Inventaire:
Mer 25 Juil - 19:14


La Belle au Bois Dormant

ft. Ivan, Matthew & Heracles

La princesse s'effrondra au sol et dans un élan chevaleresque, le gallois s'agnouilla à ses côtés. Toujours face au public, on oublies pas. Feignant la peine et l'inquiétude, il glissa son bras dans le dos du grec et le redressa un peu pour mieux le regarder. Il accentua même l'effet tragique en posant sa main sur le visage d'Heracles et en lui relevant le menton avec une délicatesse qu'on ne lui connait pas.

« Malheur! Qu'ai-je donc fait !? »

Puis, sans aucune exagération, il leva le bras et les yeux vers le ciel, interpellant le Seigneur Lui-même.

« A peine sa peau eut-elle touchée l'écharpe que la soie se mua en épines maléfiques, plongeant ma tendre amie dans un sommeil sans fin ! Oh, Seigneur, ne pouvez-vous pas me venir en aide !? »

En faisait-il trop ? Assurément. Mais le gallois n'était pas un habitué de la scène. Les pièces de théâtres, il les lisait, il assistait parfois à des rares représentations shakespeariennes aux côtés de son cadet. Mais jamais, au grand jamais, il n'avait endossé le rôle d'acteur jusqu'à aujourd'hui.

Alors, en essayant de chasser ses pensées négatives sur ses piètres talents de comédiens, il allongea le grec, avec cérémonie, avant de se remettre debout. Bien assez stressé par l'actuelle représentation, Meredith n'eut pas besoin de surjouer la panique du Prince. Il commença à faire les cents pas sur la scène.

« Faites venir la Bonne Fée, ordonna-t-il à d'imaginaires domestiques. Elle seule peut rompre un tel sortilège ! »

Il ponctua sa phrase en désignant le côté de la scène et invita le russe à le rejoindre. Et vite.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 23
Date d'inscription : 30/05/2018
Localisation : Derrière toi :D

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Vie Mission:
25/25  (25/25)
Inventaire:
Jeu 26 Juil - 21:52
Théâtre : La belle au bois dormant revisité

J’avais quitté la scène quelques minutes pour laisser faire et Pays de Galles. Comme les spectateurs, j’avais admiré la scène, Grèce jouait bien son rôle et le ketchup en guise de sang faisait bien l’affaire. Pour l’instant, tous se passer bien…
Une fois que le gallois est terminé sa réplique, je sortis des coulisses improviser et me remis sur le devant de la scène.

J’arrive et j’essaye d’imiter l’affolement… Comme si quelque chose de grave venait de se produire.

« Aurore ! Ma Chère Princesse ! »

Je m’approchai d’elle et lui pris la main.

« Que s’est-il passé ? Et dire que j’étais dans le château à me prélasser, tandis que le Prince lançait un message de détresse. En vitesse, on est venue me confier que quelque chose était arriver à ma filleule adorée… Et j’ai dû mal à accepter… Il ne reste dans mon cœur que de la tristesse… »

Je cachais mon visage avec mes mains pour simuler des pleurs et de la tristesse. J’avais mouillé mes mains pour que mes joues soient humidifiées, pour essayer de rendre mes pleurs plus crédibles.

Je regardai ensuite le prince droit dans les yeux…

« Je suis désolé mon Prince, mais il n’y a rien que je puisse faire… Depuis sa naissance planée sur Aurore une malédiction. Si elle touchait un morceau de tissue, des aiguilles en sortiront pour la faire taire. Cette écharpe est le déclencheur de sa punition. »

Je récupérai l’arme du crime.

« Mais… Tout n’est pas perdu… Chaque sortilège à un remède. Si tu as un amour sincère pour ma filleule, c’est le moment de lui montrer, elle a besoin d’aide. Elle reviendra peut-être à elle lorsque la sorcière Maléfique sera vaincue »

Maintenant, je mimais la détermination.

« Je suis prêt à t’accompagner pour la sauver. »

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 54
Date d'inscription : 04/06/2018
Localisation : dans le QG

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Vie Mission:
25/25  (25/25)
Inventaire:
Jeu 2 Aoû - 21:28


La Belle au Bois Dormant

ft. Ivan, Matthew & Heracles

A u tour du russe. Pendant toute sa tirade, le gallois restait près du grec. En un sens, cela le rassurait un peu. Il observait alors Ivan, qui ne semblait n'avoir aucune difficulté à se déplacer sur la scène, à s'adresser au public... Petit chanceux, songea Meredith.

Si tu as un amour sincère pour ma filleule... Le gallois réprima une grimace. Dieu que c'était gênant ! C'est qu'il savait que le grec éprouvait certains sentiments, certaines envies à son égard... Le méditerranéen était son ami, il ne concevait aucune autre relation possible, que ce soit avec lui ou un autre. Et surtout, il ne voulait pas lui laisser de faux-espoirs. Mais il n'était pas question d'Heracles et de Meredith en cet instant, cela consternait la Princesse et le Prince. Des rôles, rien de plus.

Il dû alors prendre une grande inspiration. Là venait l'un de ses plus délicates répliques.

« P-Personne n'est plus chère à mon coeur que... Que la princesse, begaya un peu le gallois. Je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour la délivrer de ce maléfice ! »

Dans un élan de bravoure, à la manière d'un Gaston déclarant qu'il faut tuer la bête, Meredith dégaina son épée et la brandit vers le ciel.

« Taïaut ! Prenons les armes, allons vaincre cette infâme sorcière ! Nous ferons plier sa volonté, elle sera contrainte de rompre la malédiction : de gré ou de force ! »

On évacue le grec et on part l'assaut du château de la méchante qui porte très bien son nom. Difficile de faire plusieurs lieux quand on a qu'un seul décor.

« Maléfique ! Montre toi si tu as une once d'honneur ! »

Et heureusement qu'il ne doit pas tuer un dragon.
Il en aurait chialé, le brave gallois.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hetalia Last Judgment :: Terre désolée :: QG-
Sauter vers: