Hetalia Last Judgment
Depuis toujours l'humanité à mené une longue quête pour atteindre l'immortalité. Au cours du temps, les humains ont remarqués la présence d'individu ayant cette capacité de traversé le temps hors de l'échelle de vie humaine. Les nations.
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Terre désolée :: QG Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
[13.06.18] Kumajiro où t'es? ft-Canada
avatar
Masculin
Messages : 52
Date d'inscription : 17/10/2015

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Pistolet
Inventaire:

Kumajiro où t'es? ft-Canada

En ce jour tranquille, Francis errait comme à son habitude dans les couloirs du QG. Mur blanc, mur blanc... Encore et toujours ses maudits murs blancs. Dieu qu'il haïssait les murs de ce QG. Le prix de la protection, était l'enfermement. Il priait intérieurement que cette situation ne s'éternise pas. Le ciel lui manquait, l'odeur des fleurs aussi.

Francis était nostalgique du temps ou tout aller relativement bien. Quand il ne fallait pas se cacher. Quand le monde n'était pas infesté de créature. Quand il pouvait encore enlacer quelqu'un sans lui faire courir un risque certain. Avoir quelqu'un avec qui partager sa couche lui manque.

Doucement il se dirigea vers le salon du QG. Peut-être qui avait du monde? Un peu de vie dans ce laboratoire glaciale ? Même entendre de loin l'animation lui ferait du bien. Un peu lui fait plaisir en cette période. Il avait encore un peu peur de côtoyer les autres. Surtout depuis l'incident avec son plus vieil allié. Les accidents arrivent si vite quand il y a beaucoup de monde. Et il ne voulait pas faire plus de mal. La situation était bien assez épuisante, pas la peine de faire plus de dégâts. En stressant les habitants du QG avec un nouveau cas d'empoisonnement.
Mais la chaleur de la vie lui manquait encore plus que l’extérieur. Finalement il entra dans le salon, souriant.

"Bonjour tout le monde."
.

___________________________________________________

Mer 13 Juin - 17:53
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 105
Date d'inscription : 04/06/2018
Localisation : Montréal.

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Hache
Inventaire:




Kumajirô, où t'es ?




France & Canada






Canada n'avait pas dormi de la nuit. Non, vraiment, il en avait été incapable. En fait, depuis toute cette histoire, dès qu'il fermait les yeux, il revoyait l'image des créatures cadavériques en face de lui, ensanglantées jusqu'aux os et effrayantes comme les pires monstres des profonds cauchemars. Il lui était déjà arrivé de crier rien qu'en refermant les paupières. Matthew n'avait pas croisé beaucoup de créatures, du début jusqu'au quartier général, mais il se souvenait très bien de ce moment précis dans lequel il en avait rencontré une pour la première fois. Cette vision était comme imprimée dans sa mémoire et dans les profondeurs de ses yeux ; il ne pouvait s'en défaire. Il était impossible à Canada de les effacer, elles avaient laissées de trop grosses entailles dans son esprit. Bien qu'aucunes d'entre elles ne l'avaient blessé, ou même touché, non . . . Rien que leur apparence, laide et répugnante, dangereuse et informe, l'avait hanté.

Alors la nation polaire n'avait cessé de faire les cent pas dans le couloir désert et qui faisait résonner chaque pas du pays. En fait, dès qu'il n'avait rien d'autres à faire, il faisait ça : Tourner en rond, le regard dans le vide et une main accrochée au menton. Quelques fois, il lui arrivait de réveiller Kumajirô par mégarde.

Cette nuit-là, il n'était pas juste allé dans le couloir, mais directement dans le salon. C'était vide, spacieux, et était une pièce meublée de nombreux fauteuils. Il passa un long moment à regarder les quelques ouvrages qui peuplaient les étagères poussiéreuses, à lire les titres et les noms des auteurs, à examiner l'effet du temps qui commençait à grignoter la qualité des livres. Il s'était soudainement étiré, avant de bailler et de s'asseoir sur un des fauteuils non loin de lui. Il fixa le plafond grisâtre pendant quelques instants, puis il s'était endormi.

Le lendemain matin, Canada fût réveillé par une nation qui l'avait découvert là, avachi dans le fauteuil. Il reprit alors presque immédiatement conscience, quoique toujours un peu dans les vapes, se levant en un bond, en arrangeant ses lunettes ovales qui avaient commencées à tomber et saluant les autres nations présentes dans la salle.


— Quelle heure il est ? Il demanda, sa voix encore endormie, ce qui produisit un son pâteux.


Et bien, il avait loupé un repas, mais ça ne l'alarma pas plus que ça : Il pouvait bien survivre ; après tout, Matthew était une nation : Le grand Canada, le deuxième plus grand pays du monde, fils de France et frère d’États-Unis. Et puis, cela faisait une ration de plus dans les cuisines.

Il entendit la porte du salon s'ouvrir ; il se retourna et vit France entrer.


— Bonjour, France ! Lança Matthew, joyeux, toujours sur ce même ton lasse et mâché.



CSS par Gaelle
Mer 13 Juin - 19:35
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/9833210/
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 52
Date d'inscription : 17/10/2015

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Pistolet
Inventaire:

Kumajiro où t'es? ft-Canada


Des nations étaient déjà présentes dans le salon. Vraiment c'était la pièce la plus vivante du QG. Si on cherche quelqu'un, c'est dans le salon qu'on le plus de chance de le trouver. Ça ou le dortoir et le réfectoire. Enfin passons.

Une chose pourtant rendait encore plus heureux le français. Plus que de voir du monde. C'était de voir son fils. Canada. Ce dernier se trouvait également dans le salon.
— Bonjour, France !

Dès que Francis, entendit la voix de Canada, il eu alors comme premier réflexe de vite se rapprocher.
"Bonjour fiston."
Pourtant il se retient de faire le moindre geste trop affectif. Bye-bye accolade, câlin, frottement de cheveux ou tout autre contact. C'était rageant mais c'était pour le mieux. Il allait quand même pas faire de mal à son cher petit. Ce serait affreux sinon. Avec son éternel sourire, Francis demanda doucement à Canada.
"Comment vas tu mon grand? Tu as l'air fatigué."

Il l'observa tranquillement. Ah les vieilles manies. Oui il est un peu papa poule, mais chuuuut! Il vérifiait du regard que Canada n'avait rien... A tiens en parlant de rien. Il lui semblait qu'une chose manquait. Un détail... Mais quoi... Mhhh. Le français prit un air pensif. Cherchant ce qui pouvait ainsi le lui faire trotter l'esprit.
Blanc... Oui mais quoi de blanc...
Quelques choses de ... poilue... Blanc... poilu... Une fausse barbe de père Noël? Non ceci c'est pour Finlande!
Blanc et poilu... Blanc et poilu... Blanc et.... Mais bien sur.

"Je vois pas ton nounours Canada. Tu l'as laissé au dortoir?"
.

___________________________________________________

Mar 19 Juin - 15:37
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 105
Date d'inscription : 04/06/2018
Localisation : Montréal.

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Hache
Inventaire:




Kumajirô, où t'es ?




France & Canada






— Comment vas-tu mon grand ? Tu as l'air fatigué. Demanda son père, suivit d'une petite remarque.


En effet, le Canadien avait une petite mine exténuée ; il bâilla même, en passant sa main devant sa bouche. En même temps, il fallait bien que les marques de ses nuits blanches surgissent à un moment ou un autre. Il ne dit rien pendant quelques instants, avant de répondre :


— Oui, je le suis, mais ça va ; je n'ai pas beaucoup dormi cette nuit, pour tout dire. Matthew soupira, avant de reprendre son chaleureux sourire.


Le Français semblait le fixer et dans ses pensées, mais il ne posa pas de question. Il se leva, alla prendre un livre au hasard dans les petites étagères et alla s'asseoir sur le même fauteuil. Il n'avait même pas ouvert l'ouvrage que la voix de son père le coupa dans son action.


— Je vois pas ton nounours Canada. Tu l'as laissé au dortoir ?


La nation polaire regarda France en tournant rapidement son visage vers lui.


— Il me semble . . . En fait, je n'ai pas dormi dans le dortoir, mais ici, dans le salon. Matthew pria mentalement pour ne pas qu'il se pose des questions sur la raison du pourquoi. Mais peut-être qu'il est allé se balader entre les étages ; il fait ce qu'il veut, temps qu'il ne se met pas en danger. J'ai confiance en lui !



CSS par Gaelle
Mar 19 Juin - 18:07
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/9833210/
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 52
Date d'inscription : 17/10/2015

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Pistolet
Inventaire:

Kumajiro où t'es? ft-Canada


Il observa son fils attraper un livre et s'installer. La lecture était devenue l'une des occupations les plus prisés du QG. A défaut d'avoir d'autre activité. Il allait falloir trouver d'autres idées d'occupations, et rapidement. Avant que tout les occupants du QG meurent d'ennuie, ou de folie. Mais chaque chose en son temps. Là il allait devoir rectifier deux trois petites problème.
Francis se posta alors devant Canada, et posa ses poings sur ses hanches, en mode papa qu'il allait faire une petite scène à son fils.

"Si tu dors pas beaucoup, il va falloir trouver une astuce pour que tu te reposes bien. Le manque de sommeil est mauvais pour ta santé. Et je veux que tu restes en pleine forme. Imagine que Arthur apprend ça? Il va en faire tout un cake. "

Il passa sa main dans ses cheveux blonds, et rejeta en arrière une mèche.

"Non mais vraiment Canada, il faut que tu m'en parles. Je pourrai te donner quelques astuces pour bien dormir."

Quand Canada se mit à parler de son ours, le français haussa ses deux sourcils sous la surprise.

"-Comme ça il te semble ? Et tu n’as pas dormi avec lui ?"

Tranquillement il se rapprocha un peu plus de son fils. Il appuya de son index le livre que Canada tenait, pour obtenir toute son attention.

"C'est vrai, il sera pas en danger, mais le QG est grand. Si grand qu’on peut s’y perdre. Ce n'est pas une bonne chose de le laisser seul. Imagine qu'il s’est perdu, il va avoir très peur. Tu devrais vérifier où il se trouve."  

Il marqua une pause, et releva sa main, avant d'agiter son index en face du visage de Canada.
"Oh et d'ailleurs, les enfants dorment au lit, et ne traîne pas au salon. Tu te reposes au dortoir entendu? Que je te surprend pas à dormir ici.''
.

___________________________________________________

Sam 7 Juil - 0:39
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 105
Date d'inscription : 04/06/2018
Localisation : Montréal.

Information
Vie Général:
25/25  (25/25)
Arme principale: Hache
Inventaire:




Kumajirô, où t'es ?




France & Canada






La nation polaire vit son père se poster devant lui, mains sur les hanches. Oh, oh, il n'aimait pas trop ça . . . En général, quand il faisait cette pose, ce n'était pas pour faire une bonne blague qui se devait de faire mourir de rira la galerie . . .


— Si tu dors pas beaucoup, il va falloir trouver une astuce pour que tu te reposes bien. Avait commencé Francis. Le manque de sommeil est mauvais pour ta santé. Et je veux que tu restes en pleine forme. Imagine que Arthur apprend ça ? Il va en faire tout un cake. Il marqua une pause en passant une main dans ses cheveux. Non mais vraiment Canada, il faut que tu m'en parles. Je pourrai te donner quelques astuces pour bien dormir.


Oh, Canada le savait, tout ça ; il était bien conscient que ça allait lui ruiner la santé, mais il ne pouvait pas s'en empêcher, c'était trop fort pour lui. Trop de pression, trop de stresse, il n'y arrivait pas. Et c'était vrai qu’Angleterre lui fasse probablement toute une scène s'il apprenait que son techniquement fils faisait des nuits blanches presque à la chaîne ; enfin, s'il arriverait un jour au quartier général. Ah, ils lui manquaient tous : Amérique – surtout lui – , Angleterre, Seychelles, et même Cuba. Matthew voulait les voir, ou même juste connaître une petite indication de leur survie, de là où ils se trouvaient, rien de plus, juste de quoi enfin le rassurer un minimum. Mais non, rien. Le vide, le Néant d'information. Comme s'il ne devait pas savoir. Comme si on devait lui cacher la vérité qui serait trop brutale.

Et en parler à France ? Il était vrai que ça pourrait bien lui être bénéfique, surtout s'il lui donnait des conseils pour un bon sommeil, mais il avait quand même peur. Il ne savait pourquoi, mais il y avait comme un blocage qui voulait que le Canadien ne dise rien et se taise pour encore un moment. Alors que ce n'était juste que des stupides nuits blanches sans importance, n'est-ce pas ?

Canada se détendit néanmoins quand ils vinrent à parler de Kumajirô ; ah, ses épaules se faisaient soudainement plus légères ! Enfin son esprit pouvait se vider de tout ce noir et penser à des choses plus positives ! Mais son père ne sembla pas du même avis, les sourcils haussés.


— Comment ça, il te semble ? Et tu n’as pas dormi avec lui ?


Le Nord-Américain refroidit. Ses yeux s'ouvrirent en grands, lui faisant réaliser la chose. Ce n'était pas extrêmement grave dans un sens, hein, juste que d'habitude, il dormait bien avec son ours polaire, mais que cette fois-ci, cela n'avait pas été le cas. Ce qui était étrange d'ailleurs, car normalement, Kumajirô aurait dû quand même venir dormir auprès de son propriétaire. N'avait-t-il pas trouvé le salon ? Pourtant ils avaient fait le trajet dortoir-salon un nombre incalculable de fois depuis qu'ils étaient là. Bizarre.


— Normalement, si. Mais je pense qu'il a dû aller dormir dans mon lit au dortoir. Tout en disant cela, il pointa du regard là où se trouvait les fameux dortoirs, comme s'il pouvait voir à travers les froids et ternes murs gris acier.


France se rapprocha de son fils, doucement, sur un pas qui se voulait lent, posant un doigt sur l'ouvrage que tenait Matthew entre ses mains et qu'il n'avait même pas eu le temps d’ouvrir. Le plus jeune leva son regard vers l'autre, soudainement intrigué. Qu'allait-il lui dire ?


— C'est vrai, il sera pas en danger, mais le QG est grand. Si grand qu’on peut s’y perdre. Ce n'est pas une bonne chose de le laisser seul. Imagine qu'il s’est perdu, il va avoir très peur. Tu devrais vérifier où il se trouve.


Très bien, toute la légèreté qu'il avait ressenti plus tôt venait de définitivement s'envoler. Il avait bien présenté chaque étage et chaque salle à Kumajirô, peu après leur arrivée dans le quartier général, mais, il était vrai, son ours pouvait facilement oublier des choses extrêmement basiques . . . Canada déglutit subitement à l'idée qu'il ait pu se perdre. Il y avait des chances, en effet . . . Torrieux.

Le doigt agité de France qui venait lui tourmenter le champ de vision le sortit de ses pensées.


— Oh et d'ailleurs, les enfants dorment au lit, et ne traîne pas au salon. Tu te reposes au dortoir, entendu ? Que je te surprend pas à dormir ici.
— J-Je ne suis plus un enfant ! Protesta de suite Matthew. Je suis désormais une g-grande nation indépendante, un adulte ! Plus le petit Nouvelle-France que j'étais a-avant ! Ses joues étaient un peu gonflées et rouges, mais il se calma bien vite. C--C'était exceptionnel, que je m'endorme ici . . . Ce n'était en aucun cas prévu ; je ferai attention la prochaine fois . . .


Et sur ce, il se leva de son fauteuil, abandonnant le livre dessus, et sortant vite, à grands pas, presque en courant. Oh, maintenant France venait de lui mettre la pression ! Il était vraiment inquiet pour son animal blanc, là ! Mais il ne voulait quand même pas se précipiter dans les couloirs, au risque de croiser d'autres nations et qu'ils ne commencent à lui poser des questions. Sa première destination fut logiquement le dortoir. Il s'était alors presque jeté sur la petite échelle en métal, la grimpant aussi vite qu'il l'avait pu – oui, vraiment, il était stressé comme jamais, actuellement ; et heureusement qu'il n'y avait personne dans le lit du bas, sinon il l'aurait méchamment réveillé – ; aucun signe de son ours dans les parages. Canada avait encore un peu fouillé dans la salle, mais pas complètement, puisque d'autres pays étaient encore en train de se reposer dans leur lit et il ne voulait en aucun cas les déranger. Le blond s'était alors dirigé vers le réfectoire et la cuisine ; en fait, il continuait terminer le troisième étage, puis continuer sur les autres s'il ne trouvait pas son animal.

C'est qu'un ours polaire en liberté, en plus, ça peut facilement faire des ravages !



CSS par Gaelle
Sam 7 Juil - 3:13
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/9833210/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: